Avec le train-train quotidien, les humains prennent de mauvaises habitudes. Cela les entraine vers une vie mal ordonnée. Cet état de choses déclenche le stress. Ce mal est difficile à détecter à cause du manque d’informations. Néanmoins, les agences de développement personnel et les psychologues se disent prêts à aider. Ils ont d’ailleurs installé plusieurs garde-fous. Ainsi, chaque individu a à sa disposition un panel d’astuces pratiques pour rétablir l’équilibre. Pour être au même point d’information que tous, il suffit de parcourir cet article.

Le stress

Le terme stress a connu des évolutions aussi bien suivant sa conception vulgaire que les mutations scientifiques. L’état des lieux est assez alarmant compte tenu de l’extension des causes.

Stress : qu’est-ce qu’il faut comprendre ?

Le stress est un état d’anxiété et de déséquilibre psychologique et physique qui imprime à l’humain des attitudes désordonnées ou incontrôlées. Cela se produit lorsque l’on se retrouve dans une situation intenable. C’est dire que cela peut être dû soit à un changement subit ou prolongé soit à un malaise issu d’une situation délicate. Lorsque la pression monte, la personne finit par développer des aptitudes de contre-attaque parfois inappropriée. C’est une preuve de manque d’équilibre psychologique personnel. Le développement personnel reste l’élément essentiel sur lequel il faut se baser pour changer la donne.

La science parle du stress comme d’un phénomène d’immunité interne visant à s’adapter. Selon Hans Selye, il s’agit « d’une réponse non spécifique du corps à un impératif de changement ». Parfois mal coordonnée, cette réponse provoque d’étranges sensations qui créent un manque de confort physiologique et psychologique. L’individu se prépare alors à réagir.

Pour Richard Lazarus et Susan Folkman, il s’agit d’une transaction entre l’individu et son milieu. Lorsque la transaction ne réussit pas, la répercussion se ressent directement sur la personne concernée. La définition la plus proche de la conception actuelle du terme est celle de Crespy. Il conçoit le stress comme une dégradation progressive des fonctions physiques et mentales d’une personne, jusqu’à générer des pathologies.

État des lieux

Avec l’extension des villes, l’agrandissement et l’augmentation des milieux urbains, le stress est bien plus que présent dans le quotidien des êtres humains. Cela sous-entend que les individus sont plus stressés qu’avant. Selon de récentes études réalisées par une institution de référence, plus de 60 % des Français sont stressés. Ce taux est similaire à celui des autres nations de même envergure. Il convient de comprendre que le concept est bien d’actualité. Pour ne pas en souffrir sans s’en rendre compte, il faut en maîtriser les causes.

Symptômes du stress

Le stress est une maladie comme toute autre. Cela suppose qu’il a des symptômes. Ce sont des sortes d’alarmes employées par l’organisme pour signifier qu’il y a un dérèglement.

  • Symptômes physiques : le stress se traduit par des céphalées, des tensions musculaires, de l’insomnie, des problèmes corporels visibles incluant aussi une flambée de la pression artérielle. C’est le premier stade du mal. À la longue, lorsque la situation finit par se détériorer encore plus. L’on se retrouve avec une insomnie plus accrue par exemple.
  • Symptômes psychologiques : l’un des symptômes du stress est l’irritabilité. La personne atteinte peut facilement s’emporter et faire des dégâts énormes avant de s’en rendre compte. Elle est tout le temps sur le qui-vive. Cela le rend anxieux. Il peut virer au tract avant un grand évènement, ceci plus facilement et plus durablement qu’à l’accoutumée. Gestalt propose une thérapie très efficace. Une fois stressé, on se trouve soit trop petit, trop grand, soit trop mince, trop gros. Le processus de guérison de la thérapie met un terme à cette façon de penser.

Autres symptômes psychologiques, un stressé confond assez fréquemment ses gestes et ses réactions. Cette confusion caractéristique d’un stress éphémère peut conduire au burn-out, à la dépression à la longue. Parfois, il faut s’attendre à ce que le suicide suit.

Causes du stress

Tel que compris, le stress est assez inquiétant comme mal. Il peut induire la mort de la personne atteinte, le rendre asocial. Il vaut mieux en connaitre les causes pour les éviter. Ainsi, l’on évitera le mal en lui-même.

  • Le surmenage : dans le milieu professionnel, les travaux se font par assignation. Chaque employé a alors une tâche à accomplir. Des fois, par besoin de l’entreprise ou envie de se surpasser, certains individus se donnent plus de charges qu’ils ne peuvent en supporter. Ils finissent faute d’organisation par crouler sous le poids des travaux. Ainsi, ils stressent.
  • La perte d’intérêt : avoir de l’intérêt pour son travail, son projet permet de garder de l’espoir. L’on a foi en sa passion, en son envie d’évoluer, en son travail, en sa famille. Cela implique que le sentiment reste constant. C’est une question d’intérêt. Lorsque cet intérêt n’est plus présent, l’individu se sent obligé, oppressé. Cela génère du stress.
  • L’incertitude : ne pas savoir de quoi sera fait demain fait du bien aux aventuriers. Mais pour les autres individus, le doute sur l’avenir peut être une source d’anxiété. L’individu se demande ce qu’il peut faire ou à quoi il pourrait se référer. Sans avoir au moins une certitude sur le futur, l’on avance dans le flou. Cet état de choses en rajoute à la recherche quotidienne d’équilibre.
  • Le déséquilibre : le déséquilibre issu du manque de repère induit un impératif. Il faut que l’on fasse constamment une restructuration de son milieu. Les parents ont du mal à se sentir à leur aise lorsque le courant ne passe plus avec leurs enfants. Les travailleurs se sentent désorientés lorsque leur milieu de travail est pris d’assaut par la jalousie, les tensions.
  • La pression sentimentale : les sentiments sont des bases solides pour recharger sa batterie sociale. Lorsque le patron finit par en rajouter au déséquilibre dans le milieu de travail, c’est assez stressant. Il en est de même lorsque les enfants croient que les parents ne comprennent pas leurs sentiments. Tout déséquilibre sentimental aboutit nécessairement à un malaise social. Cette anxiété est très gênante.

Remèdes spontanés contre le stress

Lorsque la maladie finit par se déclencher, il y a des actions précises que des psychologues ont définies. Elles sont destinées à une pratique quotidienne dans le but d’éloigner les symptômes ou de guérir. Ce sont des astuces ingénieuses.

  • Respirer : la respiration est un moyen utile de déstresser. Il faut insister un peu plus dans ce cas. Cette astuce convient aux situations de grande crise, de pic. Il faut inspirer profondément en se gonflant le ventre. Une fois que l’inspiration a atteint son summum, l’on fait une courte pause d’au moins 60 secondes. Ensuite, il faut expirer. L’expiration doit être lente et mesurée. Il est conseillé d’inspirer par le nez et d’expirer par la bouche. Cela aide à se détendre.
  • Méditer : trouvez un coin calme et silencieux et fermez les yeux. Méditez profondément. C’est une manière pratique de gérer les problèmes psychologiquement. Une séance de méditation est selon les psychologues la façon la plus intelligente de régler un problème. Il faut juste se détendre et explorer ses ressources. À un certain moment, le déclic se produit pour que la situation se décante. La méditation est d’ailleurs la première étape de la pratique du yoga. Il faut mettre un point d’honneur à la pratiquer. C’est assez efficace.
  • Écrire : écrire permet de se sortir les idées, se détendre. Il est question de rendre par les lettres ce que l‘on pense, ce dont on a envie, ce dont on rêve. Extérioriser sa perception du problème de cette façon permet d’avoir une vue plus inclusive. On arrive alors à relativiser, à voir la situation selon un point de vue moins généraliste.
  • Marcher durant 10 minutes : la marche est l’une des activités sportives les plus bénéfiques. Il permet de soigner son rythme cardiaque. Ainsi, l’on a plus de contrôle sur soi. La fatigue générée dans le corps facilite la relaxation aisée. Marcher, ici, a un certain nombre d’exigences. Il faut aller à un rythme plus ou moins rapide. Chaque geste doit être coordonné pour travailler toutes les parties du corps. N’importe quel autre exercice comme des génuflexions ou des pompes peut bien faire l’affaire.

À qui s’adresser ?

Une fois que les astuces énoncées plus haut montrent leurs limites, il faut faire référence aux professionnels qualifiés : des psychologues et des agents de développement personnel.

Le psychologue aidera à contrôler les sentiments et à gérer efficacement les situations de déséquilibre. Cela passe par une confrontation des barrières éducatives de développement. L’on change votre perception du monde, des réalités, des problèmes. Vous en sortez plus grandi.

Maîtriser sa propre vie, arriver à se développer avec la bonne constante est le chemin royal menant à une éradication efficace du mal définitivement.

Les barrières fournies par le développement personnel

La psychologie a servi de point d’ancrage pour le règlement du problème. À travers elle, l’on a évalué la question et trouvé que de bonnes bases de développement personnel qui pourraient venir à bout du stress. Les gestes du quotidien ne sont que le début.

  • Définir des objectifs : dans la vie, il faut avoir des objectifs et les structurer sous forme de priorités. Ces dernières sont des éléments primordiaux pour instaurer une certaine hiérarchie dans sa vie. Il faut les ordonner en prenant en compte son évolution. À chaque situation convient un objectif. Il faut les définir intelligemment.
  • Pratiquer la pensée positive : il faut voir le bien partout. Peu importe la complication d’une situation, il y a toujours une échappatoire. Avoir une telle idéologie permet de voir les opportunités dans chaque problème. Lorsque des portes se ferment, cela sous-entend naturellement que d’autres vont s’ouvrir.
  • Créer une harmonie de vie : une harmonie de vie s’obtient avec l’harmonisation des trois fonctions. La fonction roi (souveraineté et discernement), la fonction héros (courage et action) et la fonction fée (fécondité, créativité et jouissance de la vie). Ces éléments proviennent de la puissance ancestrale des contes. Une fois que l’équilibre est trouvé, vivre devient plus simple.

En somme, le développement personnel aide à gérer efficacement le stress.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.