L’huile de palme, faut-il l’interdire ?

Citoyens, indignez-vous, réagissez. Boycottez viennoiseries industrielles, chips, savons, cosmétiques et autres produits transformés à l’huile de palme s’ils ne sont pas bio. Cette huile dégouline de nos produits de consommation courante, détruit la forêt tropicale et ses habitants, et massacre nos artères. Une aberration environnementale, sanitaire et humaine.

2011, année internationale de la forêt. Toutes les institutions sont sur le pont pour protéger celle qui recouvre 30 % de la planète et lui assure sa bouffée d’oxygène quotidienne. Dans les sommets, on parle chiffres et résolutions. Et les nouvelles ne sont pas toujours bonnes. Selon les données les plus récentes de l’Orga­nisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 13 millions d’hectares de forêts par an ont disparu au cours de la dernière décennie. La culture de l’huile de palme arrive en tête des raisons de tronçonner. Cette huile, la plus consommée au monde (elle représente un tiers des huiles produites mondialement) est responsable d’une grande partie de la déforestation, notamment en Indonésie et Malaisie. Ces deux pays assurent à eux seuls 85 % de la production mondiale. Appâtés par le gain rapide, les paysans brûlent, coupent, massacrent la forêt pour y installer des cultures du fameux palmier. « Les surfaces des plantations ont doublé en Malaisie et quintuplé en Indonésie entre le début des années 1990 et la fin 2010, précise le WWF. Cette production record est soutenue par la demande des pays européens qui augmente de 13 % chaque année depuis 2000, mais aussi de la Chine et de l’Inde, les deux premiers pays importateurs d’huile de palme. »

Massacre à la tronçonneuse

Avec 1,8 million d’hectares de forêt vierge déboisés chaque année, l’Indonésie est le pays le plus touché par la déforestation. À Bornéo, les prévisions de la Banque mondiale montrent qu’en dehors des zones protégées, point de salut : l’ensemble des forêts de plaine devrait disparaître dans la prochaine décennie d’autant que le gouvernement indonésien prévoit un plan d’expansion des plantations de palmier à huile de 14 millions d’hectares. Or qui dit moins de forêt dit plus de pollution. « Avec à peine plus de 3 % des forêts du monde, l’Indonésie concentre plus de 14 % de la déforestation mondiale, alerte le WWF. Cela représente près de la moitié des émissions totales de gaz à effet de serre (GES) dues à la déforestation et à la dégradation. Près de deux fois plus que le Brésil et plus de trois fois plus que la Malaisie. Une grande partie de ces émissions de GES est due aux feux de forêts ou de tourbières. » Ces zones de marécages qui atteignent parfois 30 mètres de profondeur, sont d’abord asséchées puis brûlées à la saison sèche pour pouvoir ensuite accueillir des cultures. « En 2008, 500 millions de tonnes de CO2 ont été émis en provenance des tourbières indonésiennes », précise l’ONG.

Commentaires (12)

Le salut viendra de la filière biologique ( En réponse à tous les commentaires concernant l'HUILE DE PALME BIO )

Si certaines marques imposent des conditions de production à leurs fournisseurs d’huile de palme, d’autres (0,2 % du marché) choisissent la filière bio. Une excellente garantie étant donné qu’en France, 98 % de l’huile de palme biologique provient du même fournisseur colombien, Daabon Organics. Le reste est assuré par quatre ou cinq autres plantations dans le monde. On doit à Diego Garcia, le directeur de Brocheni (société drômoise spécialisée dans la production, l’importation et la commercialisation d’huiles végétales bio), la mise sur pied de cette filière. « C’est ce que l’on fait de plus vertueux en matière de productions agricoles, confie Boris Patentreger, chargé du programme conversion forestière et papier au WWF France, en effet, les plantations colombiennes respectent les conditions de vie des travailleurs mais aussi les espèces végétales et animales. Tous les arbres en place ont été maintenus, un inventaire des espèces a été réalisé. » Pour le gouvernement colombien, la culture de l’huile de palme est une aubaine. Véritable alternative à la culture illicite de la coca ou du pavot, elle génère 300 000 emplois directs et indirects et redynamise les campagnes. Enfin, la certification agriculture bio interdit l’extraction des huiles à l’hexane mais aussi l’estérification et l’hydrogénation des lipides. L’huile de palme biologique conserve donc toutes ses propriétés nutritives !

Sur Bornéo, cette huile fait partie à 100% de l'alimentation.
le moindre arbre est devenu inutile aux yeux de la population, et donc abattu, c'est la course au moindre espace libre. Avec ce qui suit comme corruption spoliation etc.
J'espère que s'arretera bientot cette stupide expansion.
Ca deprime de voir le peu qui reste de belle nature tomber jour après jour.

Il ne faut pas en effet faire la confusion entre le problème écologique posé par la culture d'huile de palme en Indonésie lié à la déforestation et la valeur nutritionnelle de l'huile de palme ! Cette dernière est une matière grasse saturée, (reconnaissable à sa texture solide à température ambiante) elle a donc les même caractéristiques que d'autres aliments courants tels le beurre, le gras de la viande ou du fromage. Comme dans tous les domaines, c'est l'excès qui nuit et dans le cas présent, la plupart des aliments qui contiennent de l'huile de palme n'ont aucun intérêt nutritionnel : chips, produits apéritif, pâtes à tartiner, pain de mie, sauces, chocolats fourrés..... L'équilibre des matières grasses doit se faire en consommant par ailleurs suffisamment des autres corps gras intéressants comme l'huile d'olive et de colza (qu'il ne faut pas chauffer...), les noix et les poissons gras notamment . L'huile de palme est utilisée dans les produits bio parce que c'est une matière grasse naturelle, provenant de palmeraies certifiées durables (label RSPO) souvent situées en Colombie et dont la culture permet de créer une ressource alternative à la culture de cocaine...En bio, les matières grasses hydrogénées (trans)sont interdites puisque chimiquement produites et ce sont elles qui sont sont elles nuisibles !... Jetez y un œil vous verrez vite que l'huile de palme n'est pas exactement la bonne cible... A bon entendeur...

Quand je lis "Boycottez viennoiseries industrielles, (...) à l’huile de palme s’ils ne sont pas bio", je m'interroge : le fait que l'huile de palme soit bio la fait-elle passer automatiquement dans la liste des "bonnes graisses" ? Je vous propose le marché suivant : je me charge de cultiver de la ciguë de manière bio, et vous venez en goûter une infusion, juste pour savoir si le fait qu'elle soit bio va la rendre "bonne pour la santé"...

l'huile de colza est toxique si vous la faites trop chauffer. Se renseigner pour la température exacte à ne pas dépasser pour chaque huile.
Ce qui est évident, c'est qu'il ne faut faire 'fumer' aucune huile.

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a><br><br/><br /><p>

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Veuillez copier les caractères inclus dans l'image en respectant les majuscules et minuscules.